Foyer Rural Arguel Pugey
Foyer Rural Arguel Pugey
Foyer Rural Arguel Pugey

Mercredi 20 Septembre

....

Inscriptions Activités 2018 - 2019

Une activité vous intéresse ? Rdv le 8 septembre 2018 entre 10h00 et 12h00 devant la maison du temps libre de Pugey, pour vous renseigner et vous inscrire ! Le détail des activités se trouve dans notre plaquette (Les sections).

Assemblée Générale vendredi 31 aôut 2018

Vous êtes conviés à notre AG annuelle ! Rendez-vous à 20h30 à la mairie de Pugey.

Inscriptions Activités 2018 - 2019

Une activité vous intéresse ? Rdv le 8 septembre 2018 entre 10h00 et 12h00 devant la maison du temps libre de Pugey, pour vous renseigner et vous inscrire ! Le détail des activités se trouve dans notre plaquette (Les sections).

Prochaine br�ves

Arguel
publié par 2

Village d'Arguel dans le département Doubs (25)

Arguel (25720) se trouve dans le département Doubs situé en région de Franche-Comté.

La superficie d'Arguel est de 498 hectares (4.98 km2) avec une altitude minimum de 300 mètres et un maximum de 507 mètres.

Arguel est composée de 255 habitants (recensement publié en 2012) avec une densite de 51,20 personnes par km2.

Les citoyens de Arguel sont nommés les Argueliens et les Argueliennes.

Arguel est rattachée à la Communauté d'agglomération du Grand Besançon Vous pouvez contacter la mairie d'Arguel par courrier:

Route de Levier - 25720 Arguel

ou par téléphone - fax :

03 81 57 36 25

Les 255 habitants d'Arguel ont André Avis pour maire.

origine des données : Conseil Général du Doubs

 

Arguel vu du ciel
Le lavoir d'Arguel
André Avis
La chapelle d'Arguel

Présentation de la commune
publié par 2

La commune d'Arguel est située à six kilomètres au sud de l’agglomération de Besançon. Le village d'Arguel est encaissé entre deux coteaux, à une altitude moyenne de 380 mètres.

Le versant Nord-Ouest, abrupt, composé de calcaires, est impropre à la construction, tandis que le versant Est, constitué de marnes, paraît plus favorable pour le développement de l'urbanisation.

Il existe un site remarquable : la crête déchiquetée d'Arguel, le château et les rochers d'où l'on bénéficie d'une vue exceptionnelle. La superficie totale de la commune est de 498 hectares répartis en prés et terres (54 %), en forêts (27 %) et les 19 % restants occupés par l'urbanisation, la voirie, les vergers et les friches.

Arguel ne possède que peu de bois exploitables, mais ses espaces boisés présentent des intérêts biologiques et récréatifs. De nombreuses haies abritent de multiples oiseaux. La vallée d'Arguel se trouve drainée principalement par un ruisseau «La Pisseuse» qui prend naissance au lieu-dit «A la Prie». Il rejoint à Beure le ruisseau des Mercureaux qui se jette dans le Doubs.

Au village se rattachent 4 écarts :

  • Le bout du monde «aux Poutots », juste au-dessus de la cascade du Mercureau. Les trois maisons qui s'y trouvent ne sont accessibles en voiture que par Beure.
  • La Chassagne, dont la ferme domine à la fois les villages d'Arguel et de Pugey.
  • Les Chevrotons, hameau situé derrière les «bois des communaux », accessibles par Fontain et Pugey.
  • La Verte Montagne, très beau site dominant l'ancienne voie royale qui relie Besançon et Pontarlier, en direction de Merey Sous Montrond.

Et quelques lieux-dits :

  • « Prés du Carron - Champs sur le Caron» : s'écrit également carron ou quarron. Désigne une espèce de brique qu'on chauffe pour mettre dans le lit, entourée de chiffons.  Vient du latin quadrus = carré quadron = le gros carré. On peut donc en déduire que c’est soit le lieu où l'on extrait la marne, soit le lieu où l'on fabrique des briques de marne ou bien encore un terrain parsemé de pierres ou stérile.
  • « A Chenevière » : lieu planté de chanvre.
  • Chaque communauté avait autrefois sa ou ses chenevières pour l'usage des habitants.
  • « Au Ranchot» : Ranchot = terrain en pente, accidenté.
  • « Creux des Loges » : Loge = abri pour les bêtes.
  • « A JOUX » : Joux = forêt ou bois résineux. Les mots Jura, Jotat, Jorasses, Joux ont la même origine, du bas latin juria, la forêt.

Un peu d'histoire
publié par 2

A 6 km au sud de Besançon, sur le RD 473 de Besançon à Levier, à 10 mn du centre ville et des zones d’activités de Besançon-Ouest, le village d'Arguel est bâti à flanc de coteau, au pied des rochers escarpés sur lesquels se dressait jadis le château-fort, propriété successivement de la famille d'Arguel qui a donné son nom au village, et de la famille de Chalon-Arlay qui a marqué l'histoire de la Franche ­Comté du XIIIème siècle à la conquête française de 1678.

Une pierre trouvée à Arguel par un étudiant au début du XXème siècle nous montre, par les inscriptions runiques dont elle est gravée, que le site a dû être occupé dans la première partie du Vème siècle par des Barbares d'origine germanique. L'inscription d'Arguel jette une lueur sur l'état d'un parler ostique et représente un des plus importants textes runiques sur le continent.

Le nom de la famille d'Arguel apparaît au XIème siècle en la personne de Guy d'Arguel (1040 ­- 1097). Les seigneurs d'Arguel ont leur sépulture en la cathédrale Saint Etienne de Besançon. De 1109 à 1117, Guillaume 1er d'Arguel est Archevêque de Besançon. En 1211, apparaît la paroisse d'Arguel, rattachée à celle de Velotte jusqu'en 1590.

L'église, dédiée à Saint Hippolyte a été reconstruite à plusieurs reprises, mais, dotée de fonts baptismaux et d'un cimetière, elle est toujours située à mi-pente sous le château, tandis qu'une chapelle castrale dédiée à Notre-Dame se dressait dans l'enceinte du château .

De nombreux documents d'archives (legs, testaments, reconnaissances de fiefs, hommages ...), nous permettent de suivre l'histoire de la famille d'Arguel jusqu'à son extinction vers 1500.

Suite à des querelles familiales, une partie du château a été acquise dès le XIVème siècle par la famille Chalon-Arlay (plus tard Chalon­-Orange), et en 1311 Jean 1er de Chalon d'Arlay rend hommage à Philippe le Bel pour le château d'Arguel. Dès lors, la destinée du village suit l'ascension de la famille comtale qui, en fine stratège, s'est unie très tôt à la famille de Montfaucon, acquérant par là le contrôle des accès Nord et Sud de Besançon.

De 1636 à 1646, comme toute la Comté, Arguel est fortement touché par la guerre de 10 ans, épisode local de la guerre de 30 ans, et le château joue alors pleinement son rôle de refuge.

En 1668, Louis XIV envahit la Comté. Condé, qui dirige les opérations, a saisi l'importance stratégique du château d'Arguel. Il écrit à Louvois : « il faut absolument s'en emparer, comme d'un point propre à protéger l'établissement d'un pont de bateaux sur le Doubs, au bas de la plaine de Beure ».

Arguel est alors assiégé, et malgré l'héroïque résistance de Jeanne Claude Boitouset, femme du capitaine qui commande la garnison du château, succombe au nouvel occupant. Le château sera entièrement démantelé sur ordre de Louis XIV pour éviter toute concurrence avec la nouvelle citadelle de Besançon.

Entre-temps, les biens de la maison de Chalon-Orange sont passés à la maison d'Orange-Nassau. Par le traité de Ryswick (1697), Louis XIV doit reconnaître à Guillaume d'Orange-Nassau, roi d'Angleterre, la suzeraineté d'Arguel. Cette situation dure jusqu'en 1702, date à laquelle le Roi Soleil reconquiert la souveraineté sur Arguel.

Du XVIII ème au XX ème siècle, Arguel vivote et périclite. Le village, isolé, est difficile d'accès. Les vignes et les bois qui faisaient sa richesse s'étiolent et se meurent. En raison du relief, l'exploitation du sol est pénible et la vie des paysans est rude. Ce n'est qu'en 1849 qu'Arguel est directement relié à Beure par la création de la route qui contourne les rochers du château de Met (actuellement la RD 473).

Petit à petit, l'immense territoire que constituait le fief d'Arguel se rétrécit au profit des communes voisines. La décision du cadastre, en 1830, rattachant le Chalet d'Arguel au territoire de Pugey ainsi que le hameau des Clairons, fixe les limites actuelles de la commune, longue botte étirée entre Beure, Fontain, Montrond, Pugey et Larnod.